Assemblée Nationale : Le Ministre Mansour FAYE annonce le démarrage imminent des activités de GTSS.A., le budget de son ministère porté à plus de 298 milliards.

Le Ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement, M. Mansour FAYE était présent ce Lundi 7 Novembre à l’Assemblée Nationale pour le vote du budget 2021 de son ministère. Face aux députés, M. Mansour FAYE a notamment annoncé la rénovation du Chemin de Fer et des gares ferroviaires à hauteur de 10 milliards FCFA, et le démarrage imminent des activités des Grands Trains du Sénégal.

DIX MILLIARDS DE FRANCS CFA PRÉVUS POUR LA RÉNOVATION DU CHEMIN DE FER ET DES GARES FERROVIAIRES.

L’Etat a prévu un budget de 10 milliards de francs CFA, qui proviendra de la loi de finances 2021, pour la rénovation du chemin de fer et des gares ferroviaires, a annoncé lundi le ministre des Infrastructures, du Transport et du Désenclavement, Mansour Faye.

Il a informé les députés de cette décision lorsqu’ils examinaient le budget prévu pour son ministère en 2021.

La Société nationale des chemins de fer du Sénégal ‘’a déjà acquis six locomotives en Afrique du Sud’’, pour la rénovation des lignes ferroviaires, a-t-il assuré, affirmant que la relance du chemin de fer est une ‘’priorité’’ pour l’Etat du Sénégal.

‘’Sur l’axe Dakar-Thiès, le transport des produits miniers est assuré par les sociétés GCO et SEFICS. Sur cet axe, ainsi que sur Dakar-Tambacounda, le fret (le transport des marchandises) et le transport des voyageurs seront assurés par les Grands Trains du Sénégal (GTS)’’, a précisé Mansour Faye.

Le transport des voyageurs, de Dakar vers les autres villes du pays, va bientôt ‘’démarrer’’, avec ‘’Thiès comme hub’’, a-t-il promis.

‘’Les axes Thiès-Tivaouane, Thiès-Touba, Thiès-Diamnadio, et Thiès-Guinguinéo pourront démarrer en 2021’’, a ajouté M. Faye.

L’Etat du Sénégal va construire une ligne ferroviaire entre Kédougou (sud-est) et Tambacounda (est), pour faciliter le transport du fer, a-t-il annoncé, assurant que ‘’des partenaires chinois manifestent un intérêt’’ pour ce projet.

S’y ajoute ‘’le projet de ligne ferroviaire Linguère-Tambacounda pour l’évacuation du phosphate’’, a promis Mansour Faye.

Les députés ont adopté le budget de 2227 milliards 204 millions 896 mille 487 francs CFA prévu pour le ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement.

Les crédits de paiement de ce ministère, pour l’année prochaine, s’élèvent à 298 milliards 770 millions 745 mille 213 francs CFA.

Le passage, à l’Assemblée nationale, ce lundi, du ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye, a été l’occasion, pour les parlementaires, de faire un plaidoyer pour le retour du trafic ferroviaire.

Ce secteur du transport qui, autrefois, faisait vivre beaucoup de localités traversées par les rails, est à l’arrêt depuis plusieurs années. C’est d’abord le député Cheikh Seck qui donne le ton.


Selon lui, aucun pays ne peut se développer sans un trafic ferroviaire dynamique. ‘’Le développement du pays ne se fera jamais sans la reprise du trafic ferroviaire, du transport de voyageurs et de fret. Cela induit aussi la construction d’infrastructures comme les gares et autres, qui va favoriser la création de beaucoup d’emplois liés à l’exploitation du réseau ferroviaire’’, argumente-t-il.

Son intervention a été appréciée par presque tous ses collègues parlementaires. D’autres députés comme Ndèye Fatou Diouf et Moustapha Guirassy lui ont emboîté le pas.

Le ministre a, de son côté, annoncé le démarrage des activités de Grands trains du Sénégal (Gts-Sa) le premier trimestre de l’année 2021. Mansour Faye avait déjà décliné son Programme de relance du transport ferroviaire (PRTF).

Face à Mansour Faye, les parlementaires ont fait part de leurs doléances à savoir le renforcement de la surveillance et de la sécurité routière pour limiter voire freiner les accidents de la circulation, l’implantation de caméras de surveillance, la lancinante question des postes de contrôles entre Dakar et Kaolack. 

Les parlementaires ont aussi exigé l’éclairage de l’autoroute Dakar-AIBD-Mbour. Avant de déplorer l’exclusivité de Eiffage dans la gestion de l’autoroute à péage et le coût élevé des tarifs. 

Par ailleurs, il est précisé dans le rapport que les travaux du Train express régional (Ter), pour sa phase première allant de Dakar à Diamniadio, avancent à bon rythme. Son exploitation commerciale devrait démarrer en 2021.

Avec : le MITTD, PressAfrik et Seneweb

Partager